Charles JOUAS (1866-1942) 
 
Dessin mine de plomb et rehauts de couleurs SBD 1913
 
Dimension 29 cm x 19 cm SBD titré "rue des Prêtres Saint Severin" daté 1913.
 
Sous passe partout
 

Né au faubourg Saint Antoine  à Paris, Charles Jouas est très tôt attiré par le dessin. Son père étant mort très tôt, il décide par lui-même de son orientation. Il se forme seul, travaillant « sur le tas », puis fréquente plusieurs ateliers, dont celui de Georges Clairin, élève d'Isidor Pils, et de Henri Regnault, où il s'initie à la peinture. Il travaille à des décors d'opéra avec Auguste Rubé et Chaperon. Il participe à la décoration du théâtre de Tours. Il se rend compte rapidement que la virtuosité de surface, le « clinquant », peuvent être un obstacle à une évolution vers la qualité. Il se tourne de plus en plus vers le dessin, cherchant toujours plus de rigueur.

Il vient de réaliser un cahier d'aquarelles destinées à illustrer Le Maroc de Pierre Loti, en1896, lorsque se produit la rencontre capitale de sa vie : il se présente à Henr Beraldi, grand bibliophile et éditeur. Beraldi voit tout de suite le talent du jeune homme et le parti qu'il peut en tirer. Il le charge d'abord d'une série de dessins de Paris, puis l'illustration des Poèmes parisiens d'Emile Goudeau.

Une longue collaboration s'engage entre eux, avec le graveur hanri Paillard qui grave les dessins de Jouas. En 1897, ils se retrouvent dans, à Luchon, villégiature estivale de Beraldi. Ils entreprennent de longues courses, dont Jouas ramène de nombreux dessins. Jouas manifeste une originalité certaine dans le choix de ses vues, évitant les clichés répandus par la lithographie et les estampes, présentant au contraire des sites inédits. Le grand projet est d'illustrer la monumentale chronique du bibliophile, Cent ans aux Pyrénées. La matière sera là, nombreuses illustrations dont il est évident qu'elles sont prévues pour l'édition, la plupart d'entre elles étant gravées par Paillard. 

Il illustre aussi des ouvrages de bibliophilie. Il se met à la gravure, et devient président de la section Gravure de la Societé nationale des beaux arts.

Il expose entre 1915 et 1920 dans la galerie Chaine et Simonson, rue Caumartin.

Un grand nombre d'œuvres de Charles Jouas est conservé au Musée de Lourdes : le fonds Charles Jouas comprend 127 dessins et aquarelles, l'artiste ayant entretenu relations et correspondances avec le fondateur et premier conservateur du musée. Le musée Carnavalet de Paris conserve de son côté des vues de Paris de 1905 et 1906, dont des vues des chantiers du métro.

Charles Jouas Dessin à mine de plomb et crayons de couleurs

500,00 €Prix
    • Echelonnement sur demande.
    • Satisfait ou remboursé c'est notre devise.
    • Retour sous 15 Jours dans son emballage d'origine à vos frais.

©2020 par ElMundodelArt. Créé avec Wix.com